Les Inrockuptibles

Comme un Almodovar au goût de moussaka. Un film grec haut en couleurs dans le milieu gay et trans d’Athènes, aux étonnantes échappées mythologiques.

par S.Kaganski

Un film grec qui débute comme du Melville, continue comme du Fassbinder et se termine comme du Disney, ce n’est pas si courant sur nos écrans. Le réalisateur Panos H. Koutras s’était fait connaître il y a quelques années avec un film hommage aux séries Z, L’Attaque de la moussaka géante. Avec Strella, il monte en série B, puis A.

Au début du film, on cueille Yorgos à sa sortie de prison et l’on revisite sans déplaisir les motifs habituels de ce cinéma de genre : masculinité solitaire, hôtels pourris, marges urbaines, rencontre avec une pute, coups de fil mystérieux (à un ami, un truand, un membre de la famille ?). L’acteur Yannis Kokiasmenos impressionne par sa présence physique, et le seul élément qui déplace notre regard (ou plutôt notre ouïe), par rapport aux habituels polars ou films de prison, est la langue grecque, pour le coup inhabituelle.

On s’aperçoit rapidement que Yorgos est à la recherche de son fils, qu’il n’a manifestement pas vu depuis son incarcération, et qu’il y a de la casse filiale à réparer (le scénario ménagera d’autres surprises mais on ne va non plus tout “spoiler”). Pourtant, le film change de registre avec le développement du personnage de la prostituée : Strella est transsexuelle, et avec elle on découvre la communauté gay et trans d’Athènes. Personnages hauts en couleur, décors d’appartements baroques, dialogues poivrés, théâtralité : dans ces séquences tragicomiques, Koutras balance vraiment entre Moussakalmodóvar et François Ouzo, avec le grand Rainer en saint patron.

Si Koutras nous propose ainsi un tableau très contemporain de la métropole athénienne, qui nous confirme un certain universalisme des marges sociales, son film est également puissamment ancré dans les fondamentaux immémoriaux de la culture grecque, elle aussi devenue universelle. Problématique œdipienne, théâtre cathartique, chœur des amis, sexualité dans tous ses états, c’est à une revisite contemporaine totale de la mythologie et de la tragédie grecques que nous convie le réalisateur. On pourra penser qu’il pousse parfois un peu le bouchon question circonvolutions du récit ou extraversion des affects, des gestes, des attitudes (et du jeu des acteurs), mais cette montée de volume et cette réactualisation de vieux mythes ne manque pas de panache.

Si les films de Fassbinder se terminaient très mal, si ceux d’Almo ont souvent des codas piégées, Koutras conclut sur un étonnant happy end familial autour d’un arbre de Noël – famille recomposée à sa sauce très épicée, certes, mais quand même. Ceux qui vivent différemment ont droit aussi à l’indifférence, à leurs moments de bonheur et d’apaisement. Film bousculant les tabous, Strella nous laisse sur une scène construite sur ce qui rassemble les êtres et fonde leur humanité commune.

Σχολιάστε

Εισάγετε τα παρακάτω στοιχεία ή επιλέξτε ένα εικονίδιο για να συνδεθείτε:

Λογότυπο WordPress.com

Σχολιάζετε χρησιμοποιώντας τον λογαριασμό WordPress.com. Αποσύνδεση / Αλλαγή )

Φωτογραφία Twitter

Σχολιάζετε χρησιμοποιώντας τον λογαριασμό Twitter. Αποσύνδεση / Αλλαγή )

Φωτογραφία Facebook

Σχολιάζετε χρησιμοποιώντας τον λογαριασμό Facebook. Αποσύνδεση / Αλλαγή )

Φωτογραφία Google+

Σχολιάζετε χρησιμοποιώντας τον λογαριασμό Google+. Αποσύνδεση / Αλλαγή )

Σύνδεση με %s

Αρέσει σε %d bloggers: